Canadian Forces Museum of Aerospace Defence -  22 Wing/Canadian Forces Base North Bay - 705.494.2011 ext. 2261

​Musée de la défense aérospatiale des Forces canadiennes​​

 

La guerre froide

 

À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le calme était revenu sur la planète, mais pas pour longtemps. L’agression soviétique menaçait non seulement l’Europe, mais aussi l’ensemble du continent américain. La menace viendrait d’au-delà du pôle Nord, ce qui mettait le Canada entre l’Union soviétique et les États-Unis. Le Canada s’est presque transformé en champ de bataille. La guerre froide a été une époque cruciale pour le Canada et a mené à de nombreuses avancées technologiques et militaires. 

 

Cette exposition montre l’histoire du début de la guerre froide, avec le Corps des observateurs terrestres, dont les membres ont surveillé le ciel de 1951 à 1964, pendant que l’on construisait des stations de radar partout au pays, dans ce qui deviendrait la défense aérienne du Canada. Plus de 50 000 volontaires civils canadiens ont bénévolement donné de leur temps et de leur argent pour surveiller le ciel et signaler tout avion dans leur espace aérien local. Même si ce groupe a été dissous en 1964, il demeure une partie importante de l’histoire de la défense aérienne du Canada.

 

Alors que le Corps des observateurs surveillait le ciel, on construisait des stations de radar d’un océan à l’autre. Le Canada et les États-Unis ont mis en commun leur personnel et leurs ressources pour la construction et l’exploitation de stations de radar canadiennes. Ces stations formaient trois réseaux ou « lignes »: le réseau Pinetree, la ligne Canada du centre et le réseau d’alerte avancé (DEW). Ensemble, ces réseaux de radars étaient responsables de fournir de l’information précise sur la situation actuelle dans l’espace aérien et constituaient les éléments essentiels du système jusqu’à leur retrait ou à leur remplacement dans les années 1980 (à l’exception de la ligne du Canada du centre, dont les opérations ont cessé en 1962).

 

Ces stations de radar sont devenues une composante importante d’une vaste organisation, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), qui a officiellement vu le jour en 1958. Le NORAD représente la relation bilatérale entre les États-Unis et le Canada pour la défense aérienne et aérospatiale. Cette organisation permet la mise en commun de l’information et des ressources et est à l’avantage des deux pays aux fins de la défense. C’est sous l’autorité du NORAD que tous les avions étaient identifiés et surveillés pendant la guerre froide, et le sont encore de nos jours.

 

Le NORAD est la raison pour laquelle on a construit le célèbre complexe souterrain à la 22e Escadre/BFC North Bay. Bâtis 60 étages sous la surface et renfermant un bâtiment de trois étages de plus de 142 000 pi2 (13 200 m2), le complexe souterrain était responsable de voir à ce que tous les aéronefs dans l’espace aérien canadien soient correctement identifiés et ne posent pas de menace. Le complexe a ouvert en 1963 et a fonctionné 24 heures par jour, 7 jours par semaine, jusqu’à sa fermeture en 2006. Les ordinateurs originaux, le système SAGE (système semi-automatique d’infrastructure électronique) occupaient plus de 12 000 pi2 (1 100 m2) et contenaient plus de 55 000 lampes. Ce système a été remplacé en 1983 par le système du Centre de contrôle opérationnel régional et le Centre de contrôle des opérations sectorielles (CCOR/CCOS), qui occupait beaucoup moins d’espace au sol et qui produisait beaucoup moins de chaleur que le système informatique à lampes précédant.

 

On compte parmi les autres expositions sur la guerre froide un missile Bomarc, un avion CF105 Arrow d’Avro, une présentation sur la guerre électronique et bien d’autres choses!

1/1